Tensions de trésorerie ou problèmes de liquidités dans le pays:

okk

la polémique enflamme et les réactions s’enchaînent et la question a dominé, hier, les débats à l’assemblée nationale, lors du vote de la loi de finances initiale 2019. en effet, si la quasitotalité des députés de la mouvance présidentielle ont soutenu qu’il s’agit d’un choix délibéré pour épargner les sénégalais des affres de la hausse des prix, ceux de l’opposition parlent d’un aveu d’impuissance. ouvrant les hostilités, Mamadou diop decroix a lancé : «vos problèmes de trésorerie sont connus, vous ne pouvez plus honorer vos engagements. vous êtes en quasi banqueroute. vous ne pouvez pas payer la sénelec. vous ne pouvez pas payer les 130 milliards de francs cfa de la sar. vous ne pouvez pas payer les enseignants, ni les epes (ndrl : établissements privés d’enseignements secondaires) ou les concessionnaires des restaurants universitaires. vous n’êtes plus en mesure d’entretenir la machine économique».
d’un ton taquin, le député libéral s’en est pris au ministre de l’agriculture. «l’etat nous a promis l’autosuffisance en riz en 2017, alors que la fao, le pam ont lancé récemment une alerte rouge sur la famine au sénégal. en 2018, nous avons importé 19,400 milliards de francs cfa en riz, contre 15,800 milliards l’année dernière. soit une hausse de 22%. vous avez dansé comme la cigale avec l’économie du pays», a-t-il taclé. cheikh bamba dièye n’y est pas non plus allé de main morte. pour lui, l’état devrait plutôt parler d’une «arnaque électoraliste qui rime avec déficit budgétaire et hypertension de trésorerie». «nous enregistrons, cette année sociale et électorale, un déficit budgétaire abyssal, reconnu, une tension de trésorerie durement ressentie par les privés et les citoyens. vous parlez de tension voulue, souhaitée comme s’il s’agissait d’une performance de gestion», a-t-il nargué. «nos difficultés sont aussi dans les charges salariales, en hausse de 4 milliards de francs cfa à la présidence, sans compter les 40 milliards de francs cfa pour la
réfection du building. plus 22 milliards de francs cfa ont été dépensés cette année dans des investissements de folklore», a déploré le député. …Amadou Ba réplique, chiffres à l’appui dans sa réponse, amadou ba a tenu à mettre un terme à cette polémique. «le vendredi 22 novembre, il y avait exactement dans les comptes du trésor 384 milliards de francs cfa qui est à notre disposition. cet argent est réparti ainsi : le compte de règlement qui est à la bceao, 61,4 milliards de france cfa ; les comptes spéciaux à la bceao, 43 milliards de francs cfa ; le compte ordinaire, 4,6 milliards de francs cfa ; le compte spécial eurobond 39 milliards de francs cfa et un compte séquestre de 236 milliards de francs cfa», a relevé le ministre de l’économie, des finances et du plan.

Actu7.info

Share

Related posts

Leave a Comment