POUR NON-PAIEMENT DES FRAIS DE RÉINSCRIPTION: Le directeur de l’école Amary Diop déverse les élèves dans la rue

école
  
Le directeur de l’école Amary Diop déverse les élèves dans la rue
 
Les parents d’élèves de l’école élémentaire Amary Diop 2 sise au camp Tropical GMI de Thiès étaient dans tous leurs états ce lundi 3 décembre. Pour une somme dérisoire de 2500 de francs qu’il réclame aux élèves pour leur réinscription, le directeur dudit établissement, M. Mamadou Bamba Mangane, a délibérément choisi de renvoyer les écoliers pour les obliger à s’acquitter de leur « devoir ».
 
Une situation d’autant plus déplorable que ces enfants, qu’il n’arrête pas d’harceler tous les jours pour de l’ragent, se trouvent, dans leur immense majorité, en classes d’examen. Pis, parmi ces petits contraints, en la circonstance, d’aller trainer dans la rue, beaucoup sont issus de familles secouées par une pauvreté extrême, qui, chaque jour, se préoccupent plutôt du minimum leur permettant de tromper la faim. Du coup, le quantum horaire est sérieusement perturbé au niveau de cet établissement, par un directeur d’école qui semble faire fi de la note 00-56-70 du Ministère de l’Education nationale du 23 octobre 2007 fixant les frais d’inscriptions, laquelle note dispose que « les frais d’inscription sont gratuits à l’élémentaire. Cependant les associations de parents d’élèves peuvent s’accorder sur une cotisation annuelle en vue de contribuer aux multiples charges auxquelles sont confrontées les écoles. C’est juste pour leur permettre de se doter de ressources financières pour les dépenses quotidiennes ». Dès lors se pose la question de savoir « si le non versement des frais de réinscription devrait être un prétexte pour priver les enfants de leurs études, ce au moment où l’Etat octroie des fonds à l’école pour participer à son bon fonctionnement » ?
C’est ce lundi 3 décembre que M. Mangane, bientôt appelé à faire valoir ses droits à la retraite au mois de septembre 2019 prochain, a renvoyé les élèves des classes des CM2 et CM1, et menace de renvoyer, le jour suivant, mardi 4, ceux des classes de CE2 et CE1. Les parents d’élèves et le personnel enseignant de cet école, remontés contre lui, renseignent que « ce directeur réclame 5000F pour le transfert d’élève, 2500F par élève pour les inscriptions au CI et aussi la même somme d’argent pour la réinscription pour toutes les autres classes, du CI au CM2 ». Ils déplorent ce « énième renvoi des élèves qui impacte négativement sur le quantum horaire » et dénoncent, par ailleurs, le fait que « l’année dernière, deux classes, les CE1 A et B, ont été démolies dans cet établissement sans être jusqu’à ce jour encore reconstruites ». D’ailleurs ils invitent les autorités académiques à chercher à faire la lumière sur le matériel (les tuiles et le fer servant de toiture) retiré de cette démolition. Ce n’est pas tout, parce qu’on signale aussi que « depuis l’ouverture de classes le CE1 A n’a pas encore de maitre ».
En tout état de cause, les parents d’élèves d’Amary Diop 2, qui ne cautionne pas une telle démarche, très remontés contre ce directeur d’école, pensent, eux, que « ce n’est pas là une obligation, pour que M. Mangane s’octroie le droit de renvoyer les élèves dans la rue comme des animaux ». Et de s’offusquer du fait que « cette école qui fut naguère un établissement d’excellence qui attirait l’attention de tout un chacun a aujourd’hui régressé du point de vue de la qualité de l’enseignement de sorte que nombre de responsables de familles ont préféré retirer leurs enfants ».
Cheikh CAMARA, Correspondant permanent à Thiès
Share

Related posts

Leave a Comment