Explosion de l’insuffisance rénale au Sénégal: 20 000 personnes au stade aigu, dont 8 000 en phase terminale

dialyse

Le rythme de progression de la maladie de l’insuffisance rénale au Sénégal est plus que préoccupant. En effet, 6000 Sénégalais sont concernés, chaque année, par cette pathologie mortelle. Actuellement, selon les données de l’Association des hémodialysés et des insuffisants rénaux (ASHIR), pas moins de 20 000 personnes ont atteint le stade d’insuffisance aiguë et 8 000 d’entre elles en phase terminale sont concentrées à Dakar.

«Tous les centres publics du Sénégal sont pleins»

en tout cas, le rythme de progression de cette maladie est devenu source d’inquiétude. d’après ahmed sarr, président de l’ashir, 20 000 sénégalais ont atteint le stade d’insuffisance aiguë et 8 000 d’entre eux en phase terminale,sont concentrées à Dakar. 6 000 nouveaux cas d’insuffisance rénale chronique apparaissent par an. certes, l’Etat a fait des progrès avec 15 centres publics assurant une gratuité totale de la dialyse. en plus, il existe quatre centres privés de dialyse facturant entre 65 000 francs cFa et 250 000 francs cFa la séance, 12 fois par mois. soit un coût annuel variant autour de 9 millions de francs cFa au moins par an. ce qui est inaccessible pour le commun des sénégalais. Ahmed Sarr a informé qu’il y a au moins 500 sénégalais en hémodialyse sur toute l’étendue du Sénégal. «tous les centres publics du Sénégal sont pleins. les nouveaux malades sont accueillis sur les listes d’attente. pour ces listes d’attente justement, il y a deux choses : ou tu attends la mort de celui qui est en dialyse pour te faire une place ; ou tu es contraint d’attendre ta propre mort, car sans dialyse, une durée probable de vie serait entre 15 jours et un mois pour le malade», dit-il.

Marième Coly

Share

Related posts

Leave a Comment