Abel Thiam assène ses vérités

aat

le président du collège des délégués de l’artP ne veut pas entendre parler d’une guerre de succession à l’alliance pour la république (aPr). de la même manière, abou abel thiam appelle le chef de l’etat à ne pas mettre en avant un dauphin. «en toute humilité, j’invite le président de la république à ne pas créer un dauphin. créer un dauphin, c’est même mépriser le peuple, c’est affaiblir celui qui serait tenté de le faire. Pour devenir président de la république, il faut s’éprouver en allant de son propre chef briguer les suffrages des sénégalais. il ne faut pas passer par la courte échelle », a-t-il dit, hier, lors de son passage devant le «jury du dimanche» d’iradio. «Créer un dauphin, c’est même mépriser le peuple» sur la formation du nouveau gouvernement, le responsable «apériste» à Pikine a déclaré : «dans notre architecture juridique, le président de la république est dans une solitude constitutionnelle pour prendre ses décisions. c’est-à-dire, il lui revient, à lui seul, de voir quel est le format adapté à sa politique pour former son gouvernement. cela dit, personnellement, j’appelle à un resserrement, j’appelle à un gouvernement de combat pour continuer les grands chantiers que le président de la république a ouverts». a son avis, «le fait d’appeler à la constitution d’un gouvernement d’experts estunfaux-débat».abou abel thiam de souligner: «le technocrate n’a pas sa place dans le gouvernement. la vocation du technocrate, c’est d’être commandé parle politique. il n’est pas dit que lorsqu’on est politique, on n’est pas compétent, ou bien, lorsqu’on est technocrate, on est compétent. la plupart de ces technocrates, lorsqu’ils arrivent dans le gouvernement, ils commencent à goûter à la politique et à faire leur apprentissage de la politique.c’est un mélange des genres qui n’est pas propice à la bonne application de la politique gouvernementale. il faut que chacun reste à sa place et sache que la place qu’il a choisie est éminemment importante». «La fonction ministérielle est éminemment politique» Pour lui, «la fonction ministérielle est éminemment politique. les plus grands ministres de ce pays, sont ceux qui ont eu une trajectoire politique. il n’y a pas d’école d’apprentissage de la fonction ministérielle ou de président de la république. ce sont des personnalités du pays, qui s’investissent dans des partis politiques, qui ont vocation à diriger et qui, lorsqu’ils parviennent au pouvoir,se retrouvent dans un gouvernement pour appliquer la politique définie par le président de la république». Quid du débat sur le couplage des élections ? le compagnon de la première heure du Président macky sall dit approuver le couplage, si cela permet de gagner du temps. «il faut beaucoup de moyens pour organiser des élections. on ne peut pas,sur un mandat de 5 ans, être là à organiser des élections. je suis pour la simplicité des choses. si le couplage des élections nous permet de gagner du temps, je suis pour. nous avons besoin de travailler, et pour cela, il faudrait qu’on fasse moins de politique et moins de programmation d’élections», a indiqué abou abel thiam.

Source Vox pop

Share

Related posts

Leave a Comment