INDICATEURS 2017-2018 DE PERFORMANCES SANITAIRES :Les grèves contrarient l’atteinte des objectifs à Thiès

okkkkkkkkkkkkk

Les performances dans le domaine sanitaire de la région de Thiès ont été passées au peigne fin, hier, à la gouvernance, lors d’une revue annuelle conjointe régionale du Plan national de développement sanitaire (PNDS).Au cours de cette rencontre de partage, les données disponibles au cours de l’année 2017-2018 ont été partagées en présence de tous les acteurs et professionnels de la santé. Le Médecin chef de la région médicale, le Dr Malick Ndiaye, a fait cas de résultats qui sont en nette progression, malgré les perturbations, notées dans  le secteur de santé l’année dernière. Les indicateurs concernant la nutrition, la tuberculose, le paludisme. Le seul problème noté se trouve du côté de la vaccination avec le Programme élargi de vaccination (PEV) et de la planification familiale. Selon le Dr Ndiaye, les perturbations dans le secteur de la santé ont amené des blocages dans ces secteurs. «On  note une forte baisse de la proportion d’enfants âgés de 0-11 mois complètement vaccinés (de 93% à 83%) et du taux de couverture vaccinale en Penta-3 (97% à 80%) en raison du boycott du PEV durant la grève. Du côté de la malnutrition aiguë globale chez les enfants de 6 à 59 mois, une baisse de la prévalence de 7% à 5% entre 2017 et 2018, grâce aux facteurs combinés de prévention et de prise en charge systématique des cas dans la majorité des structures, a été notée», a-t-il décliné. «Pour ce qui est du paludisme, l’incidence continue de baisser dans la région en passant de 3,39 à 2,0%», a mentionné le Dr Malick Ndiaye, qui note que «la région a enregistré 4 décès liés au paludisme chez les hospitalisés. Ce qui donne un taux de mortalité de 3,51%. Ces décès sont essentiellement dus à un recours tardif aux soins». Mais, même si on note des avancées dans les indicateurs, il reste du travail à faire, a clairement indiqué le médecin chef. Car, du côté du ratio du personnel, la région n’a pas encore atteint la norme demandée : 1 médecin pour 10 000 habitants. Actuellement, Thiès est à 1 médecin pour 20 654 habitants. «Ce qui, pratiquement, peut être résolu. Car, il y a des lieux à Thiès qui devrait avoir un poste de santé», dit le médecin. S’agissant de la Couverture maladie universelle, des observations ont été soulevées. Pour certains acteurs de la santé, il est                  aujourd’hui  très difficile de travailler, quand l’Etat doit à leur structure sanitaire plus de 1,5 milliard de francs CFA, lié à la CMU. Sur ce point, le Dr Ndiaye rassure et annonce que l’Etat est en train de revoir la situation. Au cours de la rencontre, des contraintes par rapport à la diminution du financement pour le dépistage en stratégies avancées du VIH/SIDA(16/an NMF2), la rupture fréquente de certains intrants et médicaments, la léthargie des activités communautaires, liée à l’absence de partenaires locaux et l’insuffisance du financement des activités de communication, ont été évoquées.

actu7.info

Share

Related posts

Leave a Comment